La rentrée, tous le monde en parle.

Quand on a un mini-nous de 14 mois, on se dit que l’on n’est pas concerné, et bien si!
Notre petit prince est accueilli deux jours par semaine en crèche.

Son premier jour fut un peu mouillé on va dire.
Le verdict du soir, fut, il a pleuré toute la journée, il n’a pas voulu manger, dés qu’une porte était ouverte, il essayait de s’engouffrer pour se sauver.
Ah, et on a eu des excuses car il s’est mangé une table, donc un beau bleu à 90degré sur la joue gauche, un trait qui part de la bouche jusqu’à la moitié de la joue et qui remonte perpendiculairement vers l’œil.

Mon petit cœur de maman est meurtri, pleure et saigne à la fois. Déjà, j’ai l’impression d’abandonner mon petit en le laissant à la crèche, mais si en plus, il fomente des plans pour se sauver tel un chaton voulant rentrer à son « home sweet home » je ne vais pas tenir et verser mes petites larmes des qu’il y sera, et la nuit aussi. Car, le soir, il ne lâche plus sa maman, de peur que je disparaisse à nouveau en le laissant dans un endroit pas cool.

Je sais que tous le monde passe par là, que c’est l’évolution normale des choses, que mon mini-nous ne peut pas vivre exclusivement dans le cocon familial et doit donc rencontrer ses congénères de mini-eux.

Mais c’est dur, en plus, on sens que ses prémolaires pointent le bout de leur nez.
Comment le sentons nous me direz vous?, et bien, tout simplement, parce qu’il prend nos doigts pour les mettre dans sa bouche et mordre, voire il prend nos orteils aussi…

Ce contenu a été publié dans J'aime!, La vie du Pic. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire