Devenir maman !

Vous qui connaissez votre naine, vous savez sans doute, qu’elle est d’une nature assez inquiète et protectrice pour ses proches, et bien tout cela se confirme… quand la nature décide d’offrir à votre naine la joie de devenir maman.

C’est un processus qui se décide au sein du couple et se mûri longuement, qui doit s’accommoder des événements de la vie de tous les jours, des impératifs du monde du travail et surtout des possibilités humaines de chacun.

Donc, la Naine « Taupe Modell » et son gnome étant enfin réuni, tout est réuni pour former enfin leur foyer. Toutefois, l’horloge biologique de la naine a beaucoup tourné, les petites pilules prises pendant plus de 20 ans pourraient être un frein à leur rêve de conception. Donc, ils en parlent longuement, des possibilités, des risques pour le futur petit gnome à naître, et de dures décisions sont donc prises. Il n’y aura pas de conception assistées, et si les examens prénataux indiquent de trop gros risques de malformation, de maladie, de trisomie, un avortement thérapeutique sera pratiqué.
Pourquoi ?, se demanderont certains, tout simplement, parce que que faire un enfant à 40 ans est une chance, mais les parents sont donc vieux, et ne pourront accompagner leur petit gnome dans sa vie d’adulte, et ils ne veulent pas laisser cette lourde charge à la société. Cela paraîtra égoïste pour certains, mais chacun à ses convictions, ses envies, ses avis, sa vision du monde. Celle ci est la nôtre, la mienne et je ne demande pas que vous soyez d’accord, mais ne venez pas non plus avec vos reproches d’avoir pris cette décision. Après tout c’est une décision personnelles (oui avec un s, car cette décision est la décision personnelle du papa et de la maman, donc je fais la faute exprès!)

Au bout de 6 mois d’arrêt de pilule, les cycles se sont remis en ordre, le corps a repris possession de ses hormones, et plus aucuns ajouts extérieurs ne vient contrarier le fonctionnement naturel du corps de la naine. Une première fausse joie se fait lors d’un simple retard de cycle, confirmé par les tests en vigueur.
Il y a la joie de se dire, youpi, cela a fonctionné, on a réussi, puis vient les inquiétudes, est-ce que l’on a bien pensé à tout, et toutes les questions anxiogènes qui vont avec!
Et quand les cycles reviennent et que le test est toujours négatif, c’est la déception, une sorte de mini déprime et ses interrogations, suis je encore capable après tant d’années de pilule de concevoir.

La vie reprend son cours, on n’y pense plus trop, et un jour, la naine dit a son gnome, j’ai une semaine de retard de cycle, je devrais peut être faire un test. Ni une, ni deux, direction la pharmacie, bon les pharmacies, car cela semble être en rupture de stock, mais la naine, finit par en trouver un et le ramène à la maison, et le weekend tranquillement, le test est fait, tous les deux, nous attendons fébrilement le résultat du test, sans trop se réjouir, car on a déjà eu le coup! Le test se révèle positif! Nous sommes heureux, mais nous prenons rendez vous avec notre généraliste pour les examens de sang et la vérification officielle, si on puis dire.

La prise de sang revient avec le verdict : « enceinte de 4-5 semaines ».
Et là, et bien, il faut choisir un gynéco-obstétricien, le lieu d’accouchement, et prendre tous les rendez vous nécessaire, un peu la panique à bord, on se renseigne sur internet, on demande à la généraliste son avis de professionnel et de femme, chouette, le lieu est confirmé, choisit. On contacte les copines infirmières pour le gygy, et hop!

Vient le moment où l’on appelle la maternité de l’hôpital pour s’inscrire à la maternité, ce fut épique! Nous sommes fin octobre 2015.
naine: Bonjour, je voudrais m’inscrire à la maternité.
hop: vous avez un gynéco?
naine: non, mais on m’a conseillé mr untel
hop : en public ou privé ?
naine : celui sans dépassement d’honoraire
hop: je peux vous proposez mi février 2016, cela vous convient?
naine: les trois premiers mois seront dépassés, ce n’est pas grave?
hop : mais vous ne m’aviez pas dit que vous étiez enceinte?
naine: blanc…. (mais dans ma tête, je demande à m’inscrire en maternité, donc c’est parce que j’attends un enfant, sinon j’aurai demandé un rendez vous gynécologique simplement)

Bref… et les autres rapports avec le secrétariat furent du même acabit, hélas!
une fois, je me suis même fait engueulé parce que j’avais soit disant mal noté mes rendez vous avec la sage femme, les filles se défoulent parfois sur les patientes, et c’est pas cool, donc, tu te retrouve a découvrir qu’un rendez vous a été avance d’une semaine et que tu n’as pas été prévenu, et qu’en plus on te reproche de noter par dessus la jambe les instructions.
Le rendez vous d’après, je devais prendre les autres dates au secrétariat, et la la dame me ressort, on va vérifier tous vos rendez vous car vous les notez mal, c’est noté dans votre dossier!
Entre temps j’avais reçu un courrier de leur secrétariat maternité m’indiquant qu’il était obligé de déplacer le rendez vous que j’avais pris pour le 17 février 2016, au 11 février 2016, et que si la date me convenait, je n’avais pas à la confirmer. Donc je montre à cette charmante dame, le courrier indiquant le rendez vous déplacé en lui indiquant, non j’avais tout bien noté, d’ailleurs votre service m’a envoyé un courrier pour déplacer le rendez vous, et là, elle lie le courrier, dit je ne suis pas au courant de cela, mais vous n’avez pas confirmé votre rendez vous donc je suis obligé de tout reprendre pour être sure, et la dessus, votre naine, dit assez haut, si la date vous convient pas besoin de confirmer, c’est écrit ici regardez!
Et là, j’ai pris la direction de l’entretien, en lui demandant les dates pour les rendez vous que la sage femme m’avais dit de prendre avant tous les autres, elle n’a pas voulu en disant, non il faut voir d’abord ceci, je lui ai répondu, je dois apporter les dates de ces deux rendez vous à ma sage femme, elle m’a dit de vous les demander expressément pour être sûre d’avoir les rendez vous avec le gynéco qui suit ma grossesse. Cette dame, plus aussi charmante a répondu mais vous avez le temps pour ces rendez vous, et moi de lui répondre, je préfère les prendre maintenant. De plus, vous ne tenez pas compte de mon lieu de travail du temps de trajet aller/retour pour m’y rendre et donc, je suis obligée à chaque fois de poser une journée de congé car ce n’est pas possible dans la demi journée qui est accordée pour les rendez vous maternité obligatoire. Comme je n’en démordais pas, elle m’a donne les rendez vous, et comme ma sage femme s’en douter, le premier fut avec une autre gynéco que le mien.

Entre temps, il y a eu les autres examens obligatoires, plus ceux pour les personnes dépassant les 38 ans fatidiques! Donc prise de sang HT21, où mes résultats furent assez proche du seuil des 0.4%, soit 1/226, ce qui est assez bas pour une femme de mon age, mais pour écarter tout soucis, nous avons suivi les conseils du gynéco et fait l’amniocentèse.
Mon gnome a pu m’accompagner pour ce prélèvement qui ne m’a pas fait mal, juste l’appréhension qui est la plus mauvaise dans ces situations. Nous avons donc « visiter » le lieu ou aurait se passerait l’accouchement et pu lire toutes les indications et conseils pour le jour J. Nous avons aussi fait la connaissance d’une partie des sage femme du service maternité, elles sont toutes très gentilles et compréhensives. Car malgré une apparente décontraction, j’étais angoissée, je n’apprécie guère les piqûres en règles générales, enfin, quand on m’injecte quelques choses, j’ai moins d’appréhension que quand on doit me faire un prélèvement. J’ai rencontré beaucoup de personnel médical qui riaient de ma distinction, en disant une aiguille reste une aiguille, certes, mais l’aspect psychologique est important, car prélèvement indique que l’on doit faire des analyses plus poussées, et que donc potentiellement on pourra t’annoncer une nouvelle pas très engageante lors des résultats.
Donc, elles ont toutes été trés adorables avec nous, mais nous sommes restés seuls très longtemps dans la salle en attendant la venue du gygy pour le prélèvement, je ne remercierai jamais assez mon homme d’avoir pu être là et d’être venu avec moi, car nous avons discuté, blagué, bref, nous nous sommes rassurés mutuellement et nous avons passé le temps ensemble.
Une fois le gygy présent, je l’ai senti un peu ailleurs, mais je crois qu’il devait être en train de rentrer dans son protocole opératoire, et en le voyant passé en revue le matériel présent dans cette salle, revoir les gestes avec la sage femme, et m’expliquait en même temps ce qui allait se passait m’a rassuré. J’ai un gygy qui est un peu comme moi, on ne parle pas trop, et quand on dit les choses on va à l’essentiel et parfois on oublie les formes. Je me souviens que mon homme a du sortir, mais je ne saurai plus vous dire quand exactement, une fois le prélèvement fait, il a pu revenir.

Le prélèvement, en soit, assez simple, on pique, on aspire et hop on retire l’aiguille et c’est fini.
Mais comme il faut piquer dans le liquide amniotique de la poche, et ne pas piquer le fœtus, il faut au préalable repérait où il est, comment il bouge et surtout ne pas passer à travers le poche. Le souci que rencontre mon gygy à chaque échographie est que mon petit bout est profond, donc il doit se cacher, et donc, ils sont obligeaient d’appuyer un peu plus pour le voir. Le bébé doit être super protégé du coup, mais il ne facilite pas les examens basiques. Où alors il se cache déjà des paparazzi! Donc, le gygy et le bébé ont un peu joué à cache cache, puis le point de prélèvement a été déterminé, et le gygy a donné la sonde à la sage femme pour qu’il voit quand il piquait où il passait, mais comme la sage femme n’a pas du oser trop appuyer, il a fallut une seconde fois pour que le gygy se positionne en voyant bien.

J’avoue que je n’ai pas eu mal de la piqûre, de l’aspiration non plus, cela a piqué, mais sans plus, par contre, je l’ai plus senti quand il a retiré l’aiguille, mais ce n’était pas non plus une douleur insurmontable, juste une sensation désagréable, un truc vraiment pas agréable quoi!

Mon gygy s’est penche vers moi, m’a dit que tout s’était bien passé, il avait un sourire gentil et satisfait, comme s’il avait appréhendé lui aussi et qu’au final, je m’était super bien comporté, presque comme une amniocentèse idyllique, si on omet la position profonde du bébé.

Ne riez pas, mais on se rassure comme on peut, l’être humain est ainsi fait qu’il a besoin de comprendre les choses, de savoir ce qui va se passer, et que même en sachant comment se font les choses, parfois l’être humain s’inquiète et donc après coup, il s’invente, sans doute des explications oiseuses et continue de vivre en voyant le positif.

Chose pas cool, il faut attendre 4-5 semaines pour les résultats de ce petit prélèvement, et oui, c’est si long que cela, et quand on le vit, c’est encore pire! C’est insoutenable, une vrai torture!
Pourquoi tant de délai, et bien, il faut mettre en culture les cellules prélevées, et cette culture met deux semaines pour qu’il y en ai assez pour faire les examens, ces examens durent une bonne semaine pour avoir les résultats, si problèmes, il faut relancer la culture, donc voila la pourquoi du temps d’attente.
A cela s’ajoute que le laboratoire qui fait ces analyses n’est pas situé dans l’hôpital où a lieu les prélèvements, et que une fois arrivé au laboratoire, il faut attendre son tour pour être traité.
Donc, petite piqûre faite début janvier 2016, résultats obtenus juste avant la saint valentin.

A ce stade, je peux donc vous dire que nous attendons un petit garçon, et que selon le gygy qui m’a annoncé les résultats au téléphone, « les résultats sont excellents » . Ce petit débute bien dans la vie, il a déjà des résultats excellent avant même de naître, lol 😉

La deuxième échographie a confirmé le sexe, bien que mon homme et la gygy ai vu le petit bout, moi j’ai juste cru voir le scrotum, et oui, je ne suis pas trop douée pour voir les détails sur les échographies.

Actuellement, nous nous cherchons un appartement avec ascenseur qui fonctionne, et assez proche du lieu ou il sera gardé quand je reprendrai le travail, et nous regardons enfin sereinement les articles pour bébé, tel que les vêtements, les ustensiles, poussettes, sièges auto, etc…

Malgré tous les reproches qu’a pu me faire ma mère quand je lui ai appris ma grossesse, et le fait qu’elle ne soit jamais contente quoique je fasse, j’ai tourné la page sur ce côté de ma vie, il est temps que je fasse ma vie de mon côté, et que j’arrête de me préoccuper d’elle. Je tire un trait sur toutes les méchancetés qu’elle a pu me dire courant 2015, bien que quand je lui demande pourquoi elle m’a dit telle ou telle chose, elle me traite de menteuse, d’affabulatrice et de méchante, mais ce n’est pas moi qui ai tire une tronche de 3 pieds de longs quand je lui ai appris ma grossesse, et qui après m’a reproché d’être une gamine, et que ce n’était pas responsable a nos ages de faire une bébé, que nous étions égoïstes, que nous ne nous en sortirions jamais, et que de toutes les façons, elle serait partie quand le petit sera né. J’ai pris acte, mais malgré tout, je lui ai fait suivre des annonces d’appartement avec ascenseur et trois chambres pour lui demander son avis, elle les a ignoré, et j’ai du après les lui avoir renvoyé, lui demandait ce qu’elle en pensait. Sa réponse fut sans équivoque, je ne sais pas ce que tu veux faire, de toutes façons moi je partirai. Bref une petite engueulade après, elle m’a sorti, et bien va avec ta famille, je n’ai jamais été ta mère de toute façon, etc…

Donc voilà, un nouveau départ!

Ce contenu a été publié dans La vie du Pic, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire