AVC

Ces trois lettres font peur et il y a de quoi!
Accident vasculaire Cérébral, beaucoup ne s’en sorte pas, certains ont des séquelles très visibles, et une petite minorité ont des séquelles invisibles, mais très handicapant dans la vie de tous les jours et surtout pour leur entourage.

En effet, les séquelles qui sont au niveau de la mémoire font penser a Alzheimer, mais que nenni, car la personne est tout à fait consciente de sa vie, de ses dires, de ses actions et en use.

Ceux qui touchent les fonctions internes de l’organisme sont gênantes pour les personnes en elle même, et peuvent être handicapante dans la vie de tous les jours.

Les séquelles motrices et cognitives consécutives à un AVC font l’objet d’une rééducation. La plasticité cérébrale (capacité des neurones à recréer des liens synaptiques) permet parfois aux zones non atteintes du cerveau de suppléer aux fonctions perdues des régions nécrosées.

Toutefois, il faut que le patient accepte cette rééducation fastidieuse, qui replonge la personne en position infantile alors qu’elle n’en a plus l’âge.

Les séquelles les plus fréquentes et invalidantes sont l’hémiplégie et l’aphasie (trouble du langage oral et écrit, affectant l’expression et la compréhension). La majorité des patients récupère leur capacité à marcher (plus ou moins « bien »), mais le contrôle de la motricité du bras et de la main reste souvent altéré.

D’autres risques à dépister sont notamment :

La dépression, qui survient chez environ 30 % des patients dans l’année suivant un AVC. Elle va non seulement altérer la qualité de vie du patient, mais aussi sa capacité à récupérer de l’AVC.
Le déclin cognitif (ou une démence), dont les risques sont augmentés après un AVC.
Des crises d’épilepsie liées à la cicatrice cérébrale de l’AVC. Ces crises sont en général faciles à contrôler par un traitement simple.

Ne surtout pas négliger de faire des tests sur la mémoire après un AVC, surtout si en plus, vous avez subi plusieurs intervention chirurgicales nécessitant une anesthésie générale, car l’organisme élimine de plus en plus difficilement les produits au delà d’un certains nombres.

Vous trouverez bien d’autres informations sur ce site:
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/avc-accident-vasculaire-cerebral

bonne lecture

Ce contenu a été publié dans La vie du Pic, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire