Œuvres artistiques et leur sosie numérique !

Depuis quelques temps déjà, on trouve un code pour une version dématérialisé du film (dvd, blu ray) que nous venons d’acheter en version physique.
Il est vrai que c’est assez pratique et permet aux utilisateurs d’avoir cette version numérique de leur achat pour pouvoir le visionner sur n’importe quel support et, surtout n’importe où.

Récemment, j’ai reçue de la publicité pour m’inciter à acheter des livres au format numérique, donc dématérialisé.
Chouette idée, me direz vous?

Je ne pense pas, car si comme moi, vous êtes adeptes des livres en format papier, que l’on peut feuilleter, toucher, respirer, etc… vous êtes sans doute aussi dégoutée que moi de devoir payer à nouveau pour avoir la version dématérialisé du livre que vous venez d’acheter… Et oui, car dans ce cas, on achète deux fois le livre, une première fois pour avoir du papier – et éventuellement se le faire dédicacer – et une seconde fois pour l’avoir sur votre liseuse, pour pouvoir le lire dans les transports en communs, et ne pas abîmer notre exemplaire papier.

Je vais prendre un exemple assez fréquent des tarifs que je voie pour les livres qui m’intéressent. La version papier (non poche) coute environ 18€, et pour sa version numérique, il faudra que je débourse le somme de 15€ en plus, c’est une honte.
La version numérique du film est comprise dans le prix de la galette physique que nous achetons, pourquoi ce n’est pas pareil pour les livres?

Un autre exemple, le monde du JDR. Oui, le Jeu De Rôle (JDR), cette chose que les médias ont diabolisé pendant longtemps à outrance, mais qui maintenant aux yeux des même médias peut être bénéfique pour traiter certaines pathologies, certains replis sur soi de personnes, pourrait même éveiller artistiquement les gens…
Bref, ce monde ludique, certes minoritaire, anachronique, mais néanmoins présent et qui perdure malgré les attaques subies. Ce monde, lui offre la version numérique des ouvrages achetés, et ce de pus en plus systématiquement, sinon, il suffit de le demander à l’auteur, et cela se résout assez vite.

Ce monde ludique, se base sur des œuvres littéraires connues pour la plupart, et donc dans les ouvrages de règles, il est fait référence à ces auteurs littéraires et aux titres des ouvrages en incitant fortement les joueurs à lire ces œuvres aux fis de mieux s’approprier le monde et l’esprit du jeu dans lequel ils vont pénétrer.

Que les grands éditeurs méditent sur la possibilités de donner un code pour permettre le téléchargement en version pdf ou epub de leur titres, je suis sûre que les personnes comme moi achèteraient sans doute davantage de livres, au lieu de se les faire prêter par des amis/connaissances, de les échanger ou d’attendre de les trouver dans les bibliothèques.

Ce contenu a été publié dans La vie du Pic, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire