FIJ 2018 – Joan of Arc – Solomon Kane

Un salon d’une bonne mouture

Le FIJ 2018 vient de fermer ses portes sur ce qui fut une excellente édition. Les premières évaluations donnent plus de 100 000 visiteurs sur les trois jours.

Sécurité sécuritaire et totalement inutile

Ma naine, notre demi-elfe demi-nain et moi avions décidé de visiter le salon dimanche après-midi. En effet, des contraintes professionnelles mon empêché de faire la visite jeudi, journée réservée à la presse et aux rencontres professionnelles.

Je pensais, comme on nous l’avait dit, pouvoir récupérer mon kit presse sans problème. Première déconvenue, le protocole était fermé. Donc pas de kit presse pour moi.

Du coup, nous avons pu goutter aux joies de la file d’attente. En bon elfe, j’entrainais la trouve à l’arrière du bâtiment dans l’espoir d’entrer par la porte dérobée. Coup de chance, l’organisation avait eu la bonne idée de l’ouvrir et d’y mettre un poste de sécurité. Le passage fut rapide. Contrôle visuel des sacs et passage sous le portique de détection. Grosse amélioration, le personnel était beaucoup plus calme et moins stressé que ces dernières années. Par contre, est-ce mes fonctions en sureté/sécurité qui me font voir les choses différemment, le respect de la loi est toujours aussi farfelu. Pas de commission préfectorale visible, pas d’OPJ, etc. Quand à l’efficacité du contrôle, heureusement que je ne suis pas terroriste…

La pluie y a-t-elle contribué

Ma naine, notre demi-elfe demi-nain et moi avions choisi de visiter le salon dimanche après-midi. En effet, des contraintes professionnelles mon empêché de faire la visite jeudi, journée réservée à la presse et aux rencontres professionnelles. Le dimanche semblait donc être un bon choix pour pouvoir gérer le bébé tout en faisant notre visite. Habituellement, c’est un après-midi est une journée tranquille. On commence à ranger les stands tout en ayant un peu plus de temps pour discuter avec les passionnés.

Est-ce du au temps pluvieux (on se serait cru au festival du film), cette année fut très différente. Je n’avais encore jamais vu autant de gens un dimanche après-midi au FIJ. Toutes les allées étaient pleines. Il était extrêmement difficile de s’approcher des stands des grands classiques du jeu.

Manque d’organisation

Nous avons aussi regretté le manque de signalisation et d’aide aux visiteurs. Il y avait certes du personnel du palais dans les allées, mais pour leur parler il fallait au moins une réussite critique avec un malus de force et de dextérité. Le plus complexe fut de trouvé la sortie. A la plupart des portes nous fumes accueillis par un :

-C’est pour sortir ?

-Euh… Oui…

-C’est pas là.

A la porte arrière, un gentil monsieur à tout de même ajouté :

-vous voyez l’allée principale là-bas à droite ? C’est au bout.

Par contre, quand bébé c’est assis dans un coin pour se reposer, rapidement un membre de la sécurité est venu le surveiller de près…

Jeanne d’arc

Notre principal objectif lors de cette visite était de voir et de tester Jeanne d’Arc. Certes cela n’allait rien changer à notre contribution, mais le voir en vrai ne pouvais que nous rassurer sur notre choix. En effet, nous avons tout pris dans notre contribution sauf le jeu de rôle.

Une dizaines de tables de jeu étaient ouverte avec différent scénarii et matériel.

Hélas, toutes étaient occupées et petitou ne nous à pas laissé attendre. En suivant différentes parties, on peut tout de même dire que le système tourne bien. Il est visiblement facilement compris par les joueurs qui adhérent rapidement au système. Le jeu amuse beaucoup avec deux types de joueurs :

  • Les barbus qui sont venu pour Jeanne d’arc et calculent tout
  • mais aussi les décontractés qui poussent les pions parce qu’ils sont beaux et qu’ils veulent connaître la fin de l’histoire.

L’essentiel étant atteint, tout le monde semble s’amuser.

Les figurines sont vraiment magnifiques. Bien sûr la piétaille est plus dans le standard habituel, mais les grosses pièces sont superbes. La bête qui dans sa première mouture ne me plaisait vraiment pas, est maintenant vraiment sympa.

Les choix de peinture qui ont été faits rendent bien sur les pièces même si pour ma part il sera très probablement différent. Le dragon est très reptilien actuel alors que je le verrais plutôt dans des teintes plus fortes comme rouge et or. Mais en tout cas le résultat est bluffant, surtout lorsque l’on s’aperçoit de l’échelle des figurines.

Un petit regret, les goodies. Ils ne nous ont donné que quatre figurines. Quatre figurines pour attendre la sortie du jeu !!!! Il aurait quand même pu m’offrir le château, non mais !

En ce qui concerne la production, les nouvelles sont bonnes. Les figurines sont prêtes depuis longtemps m’a ont dit. Elles devraient partir bientôt pour l’emballage. L’impression est dans les temps. Bref, tout va bien. En même temps, vu la réussite du kickstarter, c’est un gros pari pour Mythic games. S’ils tiennent les délais ce devrait être tout bon pour leurs prochains projets. S’ils se loupent se pourrait être définitif.

Solomon Kane

En parlant d’autre projet, le prochain gros morceau était sur le stand. J’ai nommé, Solomon Kane. C’est clairement, le gros sujet en ce moment chez Mythic. D’ailleurs, Solomon, lui-même était présent sur le stand et protégeait les allées du FIJ.

Solomon Kane est l’autre héros de Robert E. Howard. Comme souvent chez un auteur qui a autant marqué sont type de littérature, son héros le plus célèbre, Conan, phagocyte tout le reste de son œuvre dont Salomon Kane. On voit d’ailleurs le même phénomène avec John Carpenter de Edgar Rice Burroughs quasi-inconnu par rapport à Tarzan.

Solomon Kane semble néanmoins pouvoir s’appuyer sur une communauté de fan certes discrète mais bien solide. On peut donc penser que le kickstarter prévu pour juin devrait recevoir un accueil très favorable.

Solomon Kane, le jeu, devrait être un jeu coopératif. Les joueurs ne joueront pas directement le héros mais plutôt les vertus cardinales qui l’animent. Du coup, même si personne ne joue directement Solomon, l’équipe dans son entier le joue. Les vertus ont d’ailleurs intérêt à réellement être coopérative pour aller au bout des scenarii. L’aspect coopératif est encore renforcé par la possibilité qu’auront les joueurs de se passer des « dès d’actions ». Bien entendu, tout n’est pas permis. On reçoit des dés du joueur de gauche et on en passe au joueur de droite.

On joue contre un « intelligence artificielle (IA) » qui s’appuie sur un tirage de carte (donc n’est pas intelligente). La partie se joue en suivant un scenario. Le scénario est découpé en actes (4) et les actes en scènes (8). A chaque scène, l’IA « prévoit » son comportement et les vertus voit devoir l’anticiper pour pouvoir passer à la scène suivante.

Le système de jeu à l’air très sympa. D’autant plus qu’il peut aussi être joué en solo ce qui ouvre le jeu à ceux qui n’ont pas d’amis. Il est tout de même clairement prévu pour 4 joueurs, chacun jouant l’une des 4 vertus cardinale. Un cinquième joueur peut tout de même être invité à jouer. Il joue alors l’opposition et remplace l’IA.

Le jeu s’appuyant sur des scenarii, on peut s’inquiéter de sa rejouabilité. L’inquiétude est rapidement levée. En effet, chaque scenarii comporte 4 actes de 8 scènes, soit 32 scènes. Chaque scène va dépendre des tirages des joueurs et de l’IA. On peut dont rejouer un grand nombre de fois chaque scénario sans qu’il se dé »roule 2 fois de la même façon.

Les prototypes résines des figurines étaient sur le stand.

A priori (j’ai oublié de demander), elles sont au format standard de 28mm. Je les ai adorées. En les observant, je me suis aperçu que finalement le XVI° siècle est assez peu présent dans les jeux de simulation.

Cela est d’autant plus étrange qu’avec les héros de la « grande » littérature française, il y aurait de quoi faire. Du coup on se retrouve avec des figurines assez différentes de ce qui se fait par ailleurs, et en même temps, très très sympathique. Cela mis en parallèle avec la qualité des figurines de Johan of Arc, je sais déjà que rien que pour elles, sauf prix déraisonnable, je vais craquer sur ce KS.

Par ailleurs, ma naine aux oreilles trainante à entendu parler d’une possible collaboration entre Mythic et Bragelone qui pourrait conduire à une réédition des Solomon Kane (s’il vous plait, une intégrale de qualité comme celle de Conan il y a quelques années). Il semblerait aussi que des parties de tests se déroulent bientôt du côté de Lille (MAIS POURQUOI LILLE !!!!! RESTEZ SUR LA COTE D’AZUR !!!! ON EST GENTIL !!!!! Parfois…).

Mythic Games, l’équipe.

Je tiens tout particulièrement à remercier l’équipe présente sur le stand. N’ayant pas mon badge journaleux, je me suis présenté sur le stand comme le lourdaud moyen qui se jette sur les vitrines pour faire des photos et est chiant avec ses questions. J’ai pourtant été superbement bien accueillit et l’on a patiemment répondu à mes questions. Une vraie équipe de passionné. Merci à Benoit Vogt qui n’a pratiquement pas pu manger ses clémentines. Trop cool le gars !

Star Trek Adventures

L’autre découverte que nous avons faite sur le salon est Star Trek Adventures.

Nous avons récupéré le guide d’initiation incluant :

  • une version allégée du système 2d20
  • un scénario : Mission d’exploration – Signaux
  • six personnages pré-tirés.

Si le système d20 ne m’emballe pas, jouer dans l’univers de Star Trek ne peut qu’emballer le trekker que je suis. Visiblement, je ne suis pas le seul.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire