Rêve de Dragon : interview de Rolland Barthelemy

Votre naine a bravé milles dangers, et bons nombres de péripéties techniques pour obtenir cet interview sous le couvert de l’anonymat, c’est pourquoi les lieux peuvent vous paraître changé chers fidèles du Pic de l’Aigle.
Après tout dans notre monde magique, tout est possible, même une petite altération de la réalité, non? 😉

Donc, j’ai envoyé quérir un illustre dessinateur pour lui extorquer quelques mots sur la réédition d’une très onirique contrée, célèbre, par delà le Pic de l’Aigle, au delà des confins de notre monde et des autres.
N’ayant pu obtenir la première édition, je râlais, et oui, je râle toujours, normal, chuis une Naine, c’est notre principale qualité, qui a dit défaut?
Ah, mon cher ami, vous êtes arrivé, fort bien, prenons place.

Hé bien, merci, Aigle du Pic!
C’est gentil de m’avoir porté sur votre dos jusqu’à votre aire, on a une jolie vue. C’est un peu étroit quand même, je peux m’asseoir ici? Ah non, pas ici, il y a des œufs. Ici peut-être? Il y a des bouts d’os qui piquent, ça ne fait rien si je les jette par-dessus le bord? Oh, pardon Madame la Naine, je ne vous avais pas vue grimper, vous nous avez donc rejoints à la force des poignets? tenez, prenez ma main, c’est haut hein? Permettez-moi d’enlever cet os de vos cheveux.
Merci, votre attention me touche, mais de grâce ne mettez pas notre Aigle en colère, sinon, on va encore devoir lui payer une thérapie…

Bien, nous voilà installés, vous vouliez qu’on parle de dragons je crois.
Oui, vous connaissez mon amour pour ces charmantes petites bêtes, et vous connaissez bien leur tempérament joueur, vous aussi. Donc Rêve de Dragon est un univers qui me parle, et j’ai été très peinée qu’il ne soit plus disponible quand je me suis dit que cela valait vraiment le coup de le prendre, et d’y aller faire quelques ballades. J’ai alors tenté de reprendre contact avec monsieur Denis Gerfaud, mais hélas, il ne répond plus aux enquiquineurs tel que moi. J’avais déjà réussi à échanger quelques mails avec ce gentil monsieur, quand j’étais chargée de communication pour JDR Magazine. Il avait gentiment accepté de participer à une interview pour ce média national, qui était entièrement fait bénévolement par et pour des amoureux de JDR. Hélas, pour mon blog, je n’ai jamais obtenue de réponses aux questions que je lui ai posée, mais j’aime à penser qu’il les a lu et j’espère que la naïveté et l’âme d’enfant de la Naine que je suis l’aura fait sourire, et lui aura redonné un peu de confiance en notre monde et en les Dragons!

Les dragons, ils habitent au-dessus de nos têtes, dans la partie la plus haute des Hautes Terres du rêve. Ils dorment tout le temps, et ça vaut mieux comme ça, s’ils se réveillaient le monde prendrait fin tout à fait inopinément: nous aussi, on se réveillerait mais on se réveillerait morts et ce serait embêtant.
C’est pourquoi il vaut mieux éviter de réveiller les dragons. Fort heureusement , il n’y a que peu d’actions, parmi toutes celles que les humains peuvent entreprendre, qui soient susceptibles de troubler le sommeil des dragons.
Par exemple – c’est juste un exemple que je prends au hasard – le fait de chanter très fort quand on est en haute montagne, tout près du séjour des dragons. Oui, quand j’y pense, ce serait une bonne idée d’arrêter, Madame la Naine, votre interprétation de You Can’t Always Get What You Want est très juste et très sensible, mais il vaudra mieux la reprendre quand nous serons redescendus au niveau du sol. Ou au niveau des Cavernes Chantantes, si vous préférez. Vous chantiez parce que vous sous sentiez nerveuse? Prenez un chewing-gum, ça détend. J’en prends un moi aussi, ce n’est pas que je sois spécialement nerveux, non, c’est qu’il vaut mieux être détendu à cette altitude.
Chyanthi prend le chewing-gum et le mâche de façon très bruyante pour montrer son mécontentement, et en même temps pense à ses dragonnets laissés au Pic de l’Aigle, et à leur déception quand elle leur a dit qu’elle ne pouvait pas les emmener voir Rolland, eux qui adorent tellement ses dessins, et sont toujours friand des nouvelles qu’il envoi sous le joug du secret à Chyanthi, et qu’elle partage avec les habitants du Pic, car elle sait qu’ils ne trahiront pas le secret. Et, pour ceux qui pensent que sous la torture, les habitants du Pic pourraient parler, c’est qu’ils ont oublié qui étaient les habitant du pic! Mais revenons au dragon de Rêve de Dragon, tiens Rolland parle toujours, et si je l’écoutait?

Les dragons sont donc très haut, mais il arrive cependant que leur queue pende jusqu’à terre – ils ont la queue très longue. Un peu comme dans cet épisode de Mushi-shi où il y a un long fil presque invisible qui descend du ciel, vous vous souvenez? Vous ne connaissez pas Mushi-shi? Ah c’est monsieur L’Aigle qui ne connaît pas. Mais vous, madame la Naine, si? C’est une très bonne série.

Mais pour en revenir aux queues des dragons, il faut savoir qu’elles sont complètement invisibles. Et justement l’an dernier il m’est arrivé de marcher sur l’une d’elles. Double fracture, pas opérable, neuf mois d’immobilisation. Ah, vous aviez entendu parler de cet épisode? J’ai employé ce repos forcé à assurer le suivi de la mise en couleurs des illustrations, c’était une expérience très intéressante. J’en profite pour saluer les coloristes: Anne-Laure, Julien et Sylvie, qui ont fait un boulot de fou! Vous pourrez bientôt en juger.
C’est vrai, bientôt?? ouaissssssssssss, chyanthi se met à sauter partout de joie et se souvient subitement qu’elle est dnas le nid de l’Aigle, oups, pardon, mais c’est bon, je n’ai rien cassé, Dame Tatiana avait prévu le coup et, elle a tenu à me doter de nombreux sorts pour éviter que ma nature ne me cause des ennuis… Oui, la Vicomtesse du Pic de l’Aigle me connaît extrêmement bien. Mais vous devez avoir l’habitude des petites créatures gaffeuses, non?

Oui, nous avons également invoqué des Kanaillous, mais ils ne souhaitent pas que leurs noms soient mentionnés, non plus que les services qu’ils ont rendu, certains étaient vraiment très… spéciaux.

À présent j’ai retrouvé l’usage de mes deux mains, je m’en sers pour finaliser le reste des illustrations, cette nouvelle édition en comprendra environ 250: certaines reprises de la précédente, certaines inédites. Et il y aura aussi des révisions et additions aux règles, en particulier celles concernant l’usage de la magie. Une partie très importante des règles. Car vous ne l’ignorez pas, outre l’exemple que j’ai cité tout à l’heure, il y a une autre pratique susceptible de troubler le sommeil des dragons: c’est ce qu’on appelle la magie draconique! Il faut l’utiliser avec une extrême prudence. Croyez-moi, vous n’avez pas intérêt à faire éternuer un dragon dans son sommeil: vous pourriez recevoir un Souffle de dragon, et c’est pire qu’une Queue de dragon, bien pire!
Oui, je confirme, il ne faut pas déranger les dragons à mauvais escients, y compris les dragons roses, j’ai eu le malheur, une fois d’atterrir dans la caverne de l’un d’eux, et bien, je m’en souviendrait toute ma vie.

Beaucoup d’étapes de la finalisation du projet demanderont encore beaucoup de doigté, et peut-être l’utilisation d’un peu de magie: comme l’envoi ds jeux aux souscripteurs, et la participation de Scriptarium à des événements ludiques autour de Rêve de Dragon: tout ceci est encore enveloppé d’un épais brouillard bleu, je ne peux vous en dire plus. Nous marchons sur des œufs! Pardon, monsieur l’aigle, c’était une métaphore, je fais très attention au contenu de votre nid.

Donc, malgré cette queue de dragon invisible, pensez vous collaborer à nouveau avec Scriptarium?
Contribuer à un autre projet de scriptarium? Oui, plutôt plusieurs fois qu’une! Parmi ces projets, il y a justement celui de publier de nouveaux scénarios pour Rêve de dragon. Mais ce projet ne prendra pas forme avant 2019! Et je dois observer la plus grande discrétion à ce sujet: il y a des clauses de confidentialité, ce genre de choses, tout ça… je vous en ai peut-être déjà trop dit!
Hummm, des scenarii, pensez vous que Scriptarium accepterez de me faire parvenir un SP (Service Presse) pour que j’en parle ici même? J’en serai ravie, honorée et contente.

En revanche je peux vous confirmer ce que vous aviez déjà deviné: j’ai beaucoup aimé travailler sur Rêve de Dragon.
Oui, j’avais pu le découvrir dans nos échanges durant ce projet, et je vous remercie de m’avoir prévenue à l’époque du projet secret de la réédition de RdD, car j’avais pu être aux aguets et ne pas louper cette souscription. Je n’avais pas vendu la mèche, j’avais attendu que cela soit rendu officiel par Scriptarium pour en parler ici à mes lecteurs… Mais, je ne vous cache pas que cela a été dur d’attendre…

Si nous descendions maintenant prendre le thé? Merci, monsieur l’Aigle, pour votre hospitalité. Passez la première, madame la Naine, je vous en prie.
Merci mon très cher ami, vous m’avez fait un précieux cadeau en répondant à mon interview, un peu loufoque, mais qui n’était pas dénuée de sérieux malgré tout.
Un thé, volontiers, mais avec des petits gâteaux, vous savez desquels je parle?
bonne fin de dimanche et bon thé!

Ce contenu a été publié dans J'aime!, JdR, La vie du Pic, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire