Le manuscrit retrouvé de Paulo Coelho

Après avoir fini le livre de Stéphanie Lecourt, j’ai donc fini celui de Paulo.

Il faudra que je le relise car moult passage mérite d’être approfondi, mais en continu, et, il est vrai que je l’ai lu en morcelé. Je vais donc méditer ses mots et je reviendrai dessus dans quelques temps.

La plus destructrice de toutes les armes n’est pas la lance ou le canon – qui peuvent blesser le corps et détruire la muraille. La plus terrible de toutes les armes est la parole – qui ruine une vie sans laisser de traces de sang, et dont les blessures ne cicatrisent jamais.
Soyons donc maîtres de notre langue, pour ne pas être esclaves de nos paroles. Même si elles sont utilisées contre nous, n’entrons pas dans un combat qui n’aura jamais de vainqueur. Au moment où nous nous mettrons au niveau de l’adversaire indigne, nous lutterons dans les ténèbres, et le seul gagnant sera la Maître des Ténèbres.

Mon exemplaire est des éditions Flammarion
ISBN 978-2-0812-9022-8

Ce contenu a été publié dans La vie du Pic, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire